[ Silvio Gesell ] L'ordre économique naturel

MONNAIE FRANCHE - Un ordre économique naturel? pdf

à lire ...

[ Silvio Gesell ] L'ordre économique naturel

-

LE SOCIALISME GESELLIEN

... les grands traits de la pensée gesellienne à parti r d’une lecture de l’Ordre économique naturel . Le premier et principal rattachement de la pensée gesellienne aux mouvements socialistes est la recherche de « la suppression du revenu obtenu sans travail » , autrement dit la plus-value qui est le revenu tiré de la possession du capital . Il s’agit d’attaquer le capital pour l’abattre, et d’assurer le rapport intégral du travail ; ce qui signifie qu’il faut faire coïncider le revenu réel (pouvoir d’achat) avec le produit du travail (« le bien tangible ou le service que fournit le travail »). Sur cette base commune aux mouvements socialistes se dresse cependant un échafaudage particulier qui en fait une pensée socialiste dans la mouvance proudhonienne, viscéralement anti-marxiste et anti-communiste.

Communisme, capitalisme et ordre économique naturel

Gesell passe plusieurs pages à expliquer en quoi Marx était dans l’erreur et en quoi Proudhon était sur la bonne voie, voie qu’il aurait su, lui, prolonger. On peut comprendre cette position en indiquant la place que Gesell affecte à son ordre économique naturel aux côtés du capitalisme et du communisme, ce qui suppose de définir préalablement cet ordre économique naturel. Gesell le définit synthétiquement de la façon suivante :

« Nous entendons par ordre économique naturel un ordre dans le quelles hommes ont à se disputer le prix sur un terrain égal , uniquement avec les armes fournies par la nature, un ordre où, par conséquent , la direction échoit aux plus capables , où tous les privilèges sont abolis et où chacun, ne se souciant que de son intérêt personnel , va droit au but , sans aucune considération pour les servitudes qui n’ont rien à voir avec la vie économique, et qui lui fourniront suffisamment d’occasions de payer tribut ».

C’est, dit Gesell, le simple prolongement de la nature humaine : cet ordre « ne peut s’appeler naturel qu’en tant qu’il s’adapte à la nature de l’homme. Il n’est donc pas question d’un ordre spontané, d’une œuvre de la nature ». Cette nature d e l’homme repose sur deux piliers. Premièrement, l’homme est dirigé par son intérêt individuel, ce qui se traduit par la concurrence. La place centrale accordée à la concurrence conduit Gesell à axer son ordre économique naturel sur l’idée forte de sélection naturelle. Gesell tend très clairement cette idée vers l’eugénisme. lire la suite


Autres lectures:

L ́ÉCONOMIE NATURELLE, UN CONCEPT D ́AVENIR
Un chemin pour accéder à une prospérité mondiale en harmonie avec la nature - pdf

scroll back to top